Huile essentielle de Ravintsara (Cinnamomum camphora)

L’huile essentielle de ravintsara fait partie des indispensables de l’aromathérapie ! Cette essence très polyvalente aide à combattre les infections virales de tout type (particulièrement utile contre les effets de l’hiver), mais aussi à lutter contre la fatigue, l’angoisse, l’insomnie…

Un peu d’histoire…

Entre le XVIe et le XVIIe siècle, le Camphrier de Chine est importé d’Asie jusqu’à Madagascar. A l’origine, cette espèce contient une grande concentration de camphre mais sa composition chimique va évoluer sur le sol malgache. Lors de son implantation dans les hauteurs de Madagascar, la plante mute et ne contient pratiquement plus de camphre mais elle s’enrichit en une autre molécule, le 1.8 cinéole. Ce qui donne naissance au Ravintsara, qui signifie en malgache « bonne feuille » (Ravina=Feuille, Tsara=Bonne).
C’est dans « Histoire de la grande Isle Madagascar » qu’on mentionne pour la première fois les propriétés de cette plante. On la décrit comme miraculeuse, capable de guérir toutes sortes de maladies et d’infections.
Ce n’est qu’en 1775 que l’huile essentielle de Ravintsara sera extraite pour la première fois par le pharmacien et chimiste Antoine Baumé puis quelques années plus tard, le botaniste Pierre Boiteau étudie et décrit ses effets thérapeutiques.
Le Ravintsara est souvent confondu avec une espèce endémique de Madagascar, le Ravensara aromatica dont la composition et les propriétés sont différentes.

Botanique

Nom commun : Ravintsara, Camphrier de Madagascar
Nom botanique : Cinnamomum camphora sb 1.8 cinéole
Famille : Lauracées

Arbre de taille moyenne (il peut atteindre 15m de haut), il possède des feuilles caractéristiques de la famille des Lauracées : ovales, persistantes et brillantes sur la face supérieure.

Partie distillée : la feuille
Floraison : de novembre à janvier

Principes actifs

Oxydes terpéniques : 1.8 cinéole (60-65%)
Alcools terpéniques : Alpha-terpinéol (10%)
Terpènes : Alpha et Beta pinènes (20%)

Propriétés thérapeutiques

Anti-virale, anti-bactérienne, anti-catarrhale, expectorante, anti-inflammatoire, immunostimulante, neurotonique, énergisante, équilibrante puissante du système nerveux.

Indications

Infections virales de tout type : grippe, mononucléose, zona, herpes, gastro-entérites virales, hépatites virales
Baisse d’immunité, infections à répétition
Bronchites, rhino-pharyngites, sinusites, rhumes
Insomnie, dépression, angoisse
Fatigue profonde nerveuse et physique

Cinnamomum camphora

Contre-indications

Cette huile essentielle peut être utilisée par les femmes enceintes de plus de 3 mois et pour les bébés de plus de 6 mois. Elle dispose d’une très bonne tolérance cutanée et présente très peu de toxicité.

Recettes

Pour les infections virales : à utiliser en synergie avec Eucalyptus radiata et Melaleuca alternifolia.
Pour les insomnies, angoisse : à utiliser en synergie avec Citrus aurantium feuilles et Chamaemelum nobile.
Voie interne : 1 à 2 gouttes sur un support neutre jusqu’à 3 fois par jour.
Voie externe : peut s’utiliser pure ou en dilution dans une huile végétale. Appliquer 3 gouttes du mélange pur sur la plante des pieds, les poignets et le plexus solaire pour les angoisses, insomnies. Appliquer le mélange dilué dans une huile végétale sur le thorax et le haut du dos en cas de grippe, rhume, bronchite ou sur le front en cas de sinusite.
Pour prévenir, n’hésitez pas à utiliser cette huile essentielle en diffusion le matin et le soir.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *